L’Open Data dans les collectivités normandes

Cette semaine, je vous invite à lire l’article paru sur le site paris-normandie.fr : “Les collectivités de Normandie ont-elles pris le train de l’open data ?” (ou accès direct à l’article complet ici). C’est un sujet que j’ai déjà évoqué (par exemple ici avec le fichier Sirene), car les données en libre accès bouleversent la manière de travailler dans les deux domaines auxquels s’intéresse ce blog : la gestion de bases de données et les infographies.
Amandine Briand, qui a mené l’enquête, nous propose ici un point très complet, avec des rappels sur ce qu’est l’open data ou un historique sur les étapes qui ont amené l’ouverture des données publiques depuis 2012. Mais le bonus, c’est la mise à disposition d’un outil de recherche interactif sur les collectivités et leurs “datas”.
Je vous laisse aller lire l’article, et si vous vous intéressez aux évolutions du site paris-normandie.fr, je vous donne quelques précisions ci-dessous.

À découvrir sur “PN Interactif”

Depuis quelques mois, l’univers numérique de Paris-Normandie évolue, avec une équipe dédiée, qui a vocation à produire du contenu interactif. Ainsi les articles ou reportages rassemblés sous l’onglet  “PN interactif” laissent s’exprimer pleinement toutes les possibilités du web, avec images, vidéos, animations ou infographies, et surtout une scénographie adaptée à la lecture à l’écran : “Grands formats” ou infographie.

Les “Grands formats”

Enquêtes illustrées, sur des sujets variés, dont voici quelques exemples :

Infographie
Des cartes interactives et quiz, dont voici quelques exemples :

A suivre de près

Ca me plait de relayer ici cet article sur l’open data, avec un sujet au cœur de mes préoccupations et un traitement exploitant les ressources et techniques du web. Et ça me plait de montrer que ça bouge à  Paris-Normandie, et que ça se voit déjà sur le site…

 

 

 

Petite démonstration de data publishing

Je vais m’attarder aujourd’hui sur un côté très technique de la fabrication du Guide EcoNormandie. C’est un peu comme soulever le capot, regarder en coulisse ou dévoiler les secrets de fabrication : ce n’est a priori pas fait pour montrer au public ou présenter au client. Je souhaite vous montrer comment on passe d’une information organisée en rubriques de base de données à une mise en page organisée en chapitres. Vous pouvez directement regarder la vidéo ci-dessus (12 minutes) et/ou suivre les étapes ci-dessous.

Du fichier au guide papier

Depuis 30 ans que j’ai en charge la fabrication du Guide EcoNormandie (eh oui, 30 ans comme l’Armada ! j’en ai parlé ici), j’ai mis en place une méthode, que j’améliore un peu pour chaque édition, et qui tient la route depuis des années. Il s’agit de passer rapidement de la base de données — ou du fichier — au texte prêt pour la PAO, sans aucune ressaisie. J’appelle parfois cela du bricolage (voir ici), car j’ai inventé, en tirant parti de différents outils et logiciels, un processus dont je n’ai pas entendu parler ailleurs. En réalité, ce système ne demande pas beaucoup de connaissances informatiques et de développements spécifiques, mais plutôt une bonne maîtrise des outils, et surtout de l’astuce et de la créativité.

Et j’insiste sur l’intérêt de ne pas faire de ressaisie : c’est bien sûr intéressant pour la beauté du geste, mais c’est surtout, à la fois, un gain de temps et une garantie de fiabilité des informations, puisque tout a été vérifié en amont.

Voici détaillées les 5 étapes de ce processus, que vous pouvez visualiser sur la vidéo ci-dessus.

Datapublishing en 7 étapes

Introduction

Vous connaissez le Guide EcoNormandie, avec son organisation en une quarantaine de chapitres, et ses 2 000 notices d’acteurs économiques normands. Si j’ouvre par exemple au chapitre Aménagement et Développement, je trouve la notice d’AD Normandie, avec le siège et l’antenne de Rouen.

Vous connaissez aussi le Portail EcoNormandie, qui permet d’interroger en ligne les informations sur 10 000 structures et 20 000 responsables normands. Si je consulte par exemple le thème Aménagement et développement, dans la liste principaux acteurs, je retrouve les deux fiches d’AD Normandie, je peux consulter les fiches, et je retrouve toutes les informations, organisées ici en rubriques.

Je voudrais aujourd’hui vous montrer comment on passe d’une organisation en rubriques à une organisation en texte en vue de la mise en page du guide, évidemment, sans aucune saisie entre l’étape base de données et l’étape texte.

1re étape : sélection dans le fichier

Nous travaillons au quotidien avec le logiciel de gestion de bases de données FileMaker Pro, avec lequel nous gérons l’ensemble des opérations, y compris la mise en ligne sur le portail internet. Nous mettons à jour toute l’année les informations, et en vue de la préparation du guide papier, nous indiquons par des codes les fiches à sélectionner pour le guide papier.

Je recherche ainsi les fiches du chapitre Aménagement, avec le code Amen, et les fiches que j’ai au préalable mises à jour et sélectionnées pour le guide, avec le code GE2018. J’ai 79 fiches que je vais trier dans le même ordre que les notices du guide, et je retrouve mes deux fiches AD Normandie, le siège et l’antenne de Rouen.

On remarque qu’on a une rubrique pour la fonction, une rubrique pour le prénom, une rubrique pour le nom.

2e étape : fichier de transition « Tampon Structures »

Nous allons maintenant entamer le transfert de ces 79 fiches vers la présentation en papier.

Pour cela j’utilise encore le logiciel FileMaker Pro. Le transfert se fait en deux étapes, avec deux fichiers de travail que j’ai formatés pour cela.

J’importe mes 79 fiches sélectionnées dans mon 1er fichier de transit, grâce à un script enregistré à l’avance, vers ce fichier nommé « Tampon Structures ».

J’ai bien mes 79 fiches, et je vois que les informations en rubriques dans le fichier de base sont ici déjà réorganisées, grâce à des rubriques calculées, pour rajouter certaines informations ou ponctuations qui seront nécessaires à la lecture sur papier. On a ainsi « tél. » devant le téléphone. « Eff. » devant l’effectif. Et là, la rubrique responsable, avec l’ensemble des responsables sélectionnés — et bien sûr uniquement ceux-là — et déjà une mise en forme, avec la fonction abrégée suivie de deux-points et les différents responsables séparés par des virgules. J’ai aussi la rubrique adresse en entier, avec des virgules si nécessaires.

Je vais ensuite aller chercher dans mon fichier de base certaines notices qui apparaissent dans un autre chapitre, mais pour lesquelles je souhaite faire un renvoi dans le chapitre aménagement. C’est le cas notamment des pôles de compétitivité ou des associations de filières.

Je fais la sélection dans mon fichier de base, en cherchant Amen comme aménagement et GE2018, toujours ce même code.

J’importe avec un script préenregistré spécifique pour ces rappels de notice.

On voit que la rubrique faisant mention du chapitre vers lequel doit se faire le rappel s’est complétée toute seule.

Il me reste juste à réimporter ces informations pour les mettre avec les 79 notices déjà importées, puis à transférer le tout vers le deuxième fichier de travail, que j’appelle « Transfert Thèmes ».

3e étape : Fichier « Transfert Thèmes »

J’ai désormais dans ce fichier toutes les notices. Je retourne dans mon fichier de base pour importer les têtes de chapitre et les intertitres, afin de n’avoir rien à ressaisir. Je sélectionne le chapitre aménagement et sélectionne les fiches contenant les noms des rubriques qui deviendront les intertitres que je souhaite indiquer dans le guide. Je les importe.

Je suis toujours en FileMaker Pro, je suis toujours avec une organisation en fiches, mais déjà, on a des informations qui s’organisent en notice.

On voit sur la première fiche le nom du chapitre, puis sur la deuxième le premier intertitre puis le deuxième, puis les deux fiches ADNormandie, le siège et l’antenne.

Tiens ! c’est bizarre, le nom AD Normandie a disparu sur la deuxième fiche, il est remplacé par zzz. Ça se calcule automatiquement pour les fiches ayant un code correspondant à une fiche secondaire. En effet, dans le texte du guide papier, la notion de fiches disparaît, et on souhaite avoir une notice unique pour les deux fiches AD Normandie, sans retour à la ligne et sans informations en doublon. C’est pour cela que l’on doit mettre beaucoup de codes, et autant de rubriques calculées, pour déterminer comment sera traitée l’information.

On arrive à la dernière étape dans FileMaker Pro, on trie dans l’ordre où l’on veut que les informations apparaissent, et on exporte les informations qui formeront l’ensemble du texte du guide. On voit la liste de toutes les rubriques à exporter.

4e étape : Exportation

Vient ensuite l’exportation. Cette opération crée un fichier texte avec l’ensemble des données, sans aucune mise en forme.

5e étape : Fichier Word « Import Thèmes »

J’ouvre ensuite un document Word que j’appelle « Import Thème », et je vais maintenant utiliser la fonction de fusion ou de publipostage de Word.

Dans ce fichier Word, que j’ai préparé et que je réutilise pour tous les chapitres, je n’ai que le nom des rubriques à l’emplacement exact où chacune doit figurer dans le texte final pour constituer des notices.

Ce qui est aussi très important, c’est que l’on définit des feuilles de style, pour chaque type d’information. Cette étape se fait avec le maquettiste qui travaillera à la mise en page finale, actuellement dans le logiciel In-Design. Une feuille de style pour le nom du chapitre, une pour le 1er inter, une pour le 2e inter, une pour la notice. Et dans Word, on reprend exactement ce même nom de feuille de style, peu importe si je choisis dans Word de mettre le chapitre en rouge ou l’inter en vert, c’est le nom de la feuille de style, bien spécifique, qui sera réutilisé dans la chaîne de PAO.

Dans la notice, je force le nom de la structure en gras, et je force en gras italique le complément correspondant par exemple à l’antenne.

J’utilise ensuite le gestionnaire de publipostage. Je clique sur l’icône « Achever la fusion », et Word crée un nouveau document, en allant chercher les informations dans le fichier que j’ai exporté tout à l’heure, et en organisant les informations selon le fichier modèle que j’ai préparé, pour que chaque rubrique apparaisse à sa place et dans sa feuille de style.

On obtient un fichier texte, mais encore brut, avec des sauts de section, des espaces avant les virgules, et le fameux zzz que l’on a vu tout à l’heure pour l’antenne de Rouen de l’AD Normandie. Il faut évidemment améliorer tout cela.

6e étape : Apple script

Pour nettoyer le texte et qu’il soit vraiment prêt à être maquetté, je fais appel à un utilitaire Apple, qui sert à enregistrer des scripts, qui peuvent intervenir dans différents logiciels et qui s’appelle Apple scripts.

J’ai préparé une fois pour toutes un petit document que j’utilise à chaque fois et que j’ai appelé nettoyage, je l’ouvre. Là j’utilise tout simplement la fonction Rechercher-Remplacer de Word, et j’ai enregistré une fois pour toutes tous les remplacements à faire, par exemple s’il trouve un espace devant une virgule, il supprime l’espace. Ou, s’il trouve un retour à la ligne suivi de « zzz », il remplace le tout par un espace, et ainsi j’ai une seule notice, sans retour à la ligne, pour les deux fiches initiales d’AD Normandie.

Je clique tout simplement, et le fichier se nettoie tout seul sous nos yeux. On voit que l’antenne de Rouen apparaît maintenant à la suite des informations sur le siège.

Maintenant, le texte est prêt à être importé dans In-Design sans aucune ressaisie. J’ai bien le nom du chapitre, l’intertitre, les notices, et plus loin les lignes avec les renvois vers les chapitres correspondants pour les pôles de compétitivité.

J’envoie cela à la personne qui va faire la maquette. Cette année encore, nous avons confié cette tâche à notre imprimeur, Gabel à Maromme, et Laurent Rosé, le maquettiste, me renvoie ensuite le PDF du document maquetté de manière quasi automatique.

Ouverture du document PDF après maquette dans In-Design

On voit ici maquetté le chapitre aménagement, avec le titre du chapitre, le premier et le 2e intertitre, la notice AD Normandie suivie de toutes les autres, la rubrique Pôle de compétitivité avec tous les renvois.

Et voilà !! En moins d’un quart d’heure, je suis passée de mes fiches sur mon fichier de base à une organisation en texte, propre et prête à être maquettée.

Et cela, sans aucune ressaisie !

 

 

 

PIB régional : La Normandie, 1ère région industrielle

À l’occasion de la sortie du dernier numéro d’Insee Flash Normandie, traitant du produit intérieur brut (PIB) de la Normandie, j’ai choisi d’en tirer l’infographie à paraître dans La Lettre EcoNormandie de cette semaine. Vous voyez ci-dessus le graphique (réalisé par les infographistes de Paris-Normandie).

Ce que le graphique nous indique

  • Entre 1990 et 2015, la part de l’industrie a baissé en Normandie : elle comptait pour un quart de la valeur ajoutée en 1990 (25,6 %) contre un cinquième 25 ans plus tard (20,8 % soit -4,8 points).
  • L’industrie a mieux résisté en Normandie (-4,8 points) que sur l’ensemble des régions de province (-6 points).
  • En 2015, la Normandie reste une région industrielle comparée aux autres régions de province, la part de l’industrie y est de 4,2 points plus importante (20,8 % vs 16,6 %).
  • Le différentiel s’est même accentué en 25 ans : passant de 3,1 points (25,6 % vs 22,5 %) à 4,2 points (20,8 % vs 16,6 %).

On peut de même, sur les autres secteurs, comparer l’évolution sur 25 ans et observer les différences entre Normandie et France de province. On retiendra surtout que l’agriculture a également baissé partout en France, tandis que la construction restait stable. Du côté du tertiaire marchand, la Normandie est à la traîne, la part de ce secteur n’ayant augmenté en 25 ans que de 1,4 point en Normandie, contre 3,7 en Province.

Ce que le graphique n’indique pas

La lecture de l’Insee Flash est riche de nombreux autres enseignements, parmi lesquels on retiendra quelques points :

  • En 2015, le produit intérieur brut (PIB) de la Normandie est estimé à 91,7 milliards d’euros. La région contribue pour 4,2 % au PIB national et se situe au 9ᵉ rang des régions de province.
  • La part de l’industrie dans la valeur ajoutée régionale (20,8 %) positionne la Normandie comme la première région industrielle.
  • En 2015, la valeur ajoutée normande progresse de 1,7 % en valeur, soit 0,3 point de moins qu’en France métropolitaine (0,1 point de moins qu’en province). L’industrie est pourtant plus dynamique dans la région (+ 5,5 % contre + 3,8 % en province) et contribue fortement à la croissance : cette année, sur 1,7 point de croissance de la valeur ajoutée totale en Normandie, l’industrie en réalise les deux tiers.
À savoir : PIB et Valeur ajoutée

On lira avec intérêt sur le site de l’Insee (ici) la méthode de calcul des BIP et VA régionaux. Je rappelle ci-dessous les définitions que vous y trouverez également.

  • Le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées brutes des différentes branches d’activité, augmentée des impôts moins les subventions sur les produits.
  • La valeur ajoutée (VA) est le solde du compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire.

Ce que j’ai envie d’en dire

Parmi les avantages d’un graphique, on retiendra son côté synthétique et la mise en évidence des comparaisons. J’en ai fait la démonstration ci-dessus. Même en me focalisant sur la part de l’industrie, il m’a fallu deux fois plus de place pour écrire mes commentaires, que l’espace pris par le graphique lui-même.

Je rappellerai aussi ce que j’ai déjà dit (par exemple ici) : une donnée seule n’a pas d’intérêt, c’est la comparaison qui permet de comprendre et d’analyser. Ici, je dois dire qu’on est gâté. Si on s’intéresse à la part de la valeur industrielle, on peut comparer la Normandie avec la France de province, on peut comparer l’année 2015 et l’année 1990, on peut comparer les évolutions en Normandie et en Province, on peut comparer l’évolution de l’industrie avec les autres secteurs…

À retrouver aussi dans le
Guide EcoNormandie

La dernière édition du Guide EcoNormandie, qui vient de sortir (j’en ai parlé ici et ), propose de nombreux indicateurs et points de repère, dont 2 pages « Normandie en chiffres » avec des données tirées du site de l’Insee. En page 11 les informations sur le PIB, et la Valeur ajoutée sont à jour.

 

 

 

 

 

Je vous donne ci-dessous le lien direct pour retrouver ces données sur le site de l’Insee :

Produits intérieurs bruts régionaux et valeurs ajoutées régionales de 1990 à 2015