Je t’aime moi non plus

Paroles croisées de journalistes et hommes politiques normands

La séquence électorale qui s’achève semble bien choisie pour revenir sur une enquête publiée dans le numéro 2016 de la revue In/Off, la revue annuelle éditée par le Club de la presse et de la communication de Normandie.

Nous y interrogions journalistes et politiques normands, pour comprendre comment ils se perçoivent mutuellement et savoir ce qu’ils pensent et disent les uns des autres.

Les réponses croisées parlent d’elles-mêmes. Je vous livre donc d’abord un extrait de l’enquête sous forme de graphique, vous pourrez lire le commentaire en-dessous, et consulter la revue ici.

Ils se connaissent, ils se côtoient, ils s’estiment

Journalistes et politiques sont d’accord (à 80 % dans les deux populations interrogées) pour dire qu’ils entretiennent de bonnes relations. Ils se connaissent bien, se côtoient au quotidien et discutent volontiers (91 % des politiques et 70 % des journalistes le disent). En revanche, moins de la moitié (46 % des politiques et 40 % des journalistes) reconnaissent des relations de connivence. 60 % des journalistes estiment cependant que les politiques aiment jouer le jeu de la confidence.

Les politiques connaissent bien leur territoire, c’est ce qu’affirment 72 % des journalistes, tandis que 91 % des politiques le disent des journalistes. Et chacun reconnaît à l’autre une bonne connaissance des dossiers (seuls 28 % pensent le contraire).

Les journalistes : incontournables, mais on s’en méfie !

89 % des politiques sont d’accord pour dire qu’ils ont besoin des journalistes pour informer, mais aussi pour faire passer les messages sur la vie locale. Et 71 % pensent que l’information traitée par les journalistes a plus de force, qu’elle est plus crédible. Ils ne sont d’ailleurs que 29 % à penser que les journalistes ne sont pas libres par peur de choquer leurs lecteurs.

Cependant, 63 % des politiques reprochent aux journalistes de ne retenir que ce qui va mal, 69 % pensent qu’ils aiment faire un, carton sur les hommes politiques, et 66 % estiment qu’ils contribuent à entretenir un climat anxiogène, si bien que 86 % des politiques se méfient toujours de ce qu’ils disent aux journalistes. Cependant, seuls 11 % des politiques pensent que les journalistes sont trop impertinents avec les journalistes.

Les politiques : un discours trop encadré

Les journalistes reprochent aux politiques (à 90 %) une communication trop encadrée. Ils n’ont pas le même langage en tête à tête et en public (85 % des journalistes le pensent), ils cherchent d’abord à servir un discours tout prêt (82 %), ils ne pensent qu’à leur image (85 %) et qu’à leur réélection (83 %), et ne sont pas libres, car ils ont peur de choquer leurs électeurs (82 %). Ils ne répondent jamais directement à une question (70 %).

80 % des journalistes ont même l’impression que les politiques considèrent que les journalistes sont là pour mettre en valeur leurs actions et 68 % pensent que les politiques cherchent à les manipuler. Critiques envers eux-mêmes, 75 % des journalistes interrogés estiment que les journalistes ne sont pas assez impertinents, et 30 % reconnaissent pratiquer personnellement l’autocensure très ou assez souvent.

Particulièrement sévères envers les politiques, 90 % des journalistes interrogés sont d’accord pour dire que les Français ne croient plus les politiques.

Mon point de vue

Lorsque j’ai proposé, pour le numéro du club consacré à « Médias et pouvoirs », une double enquête auprès des journalistes et des politiques, j’avais l’intuition (appuyée sur quelques témoignages), que ces deux mondes amenés à se côtoyer ne se comprenaient pas toujours. C’est pourquoi il m’a semblé intéressant de poser aux deux populations les mêmes questions, ou des questions se faisant écho.
Ce qui m’a frappée à l’analyse des résultats, c’est une certaine méfiance qui se dessine à travers les réponses, et le sentiment qui se dégage que chacun se sent mal traité. Là où j’avais imaginé une certaine connivence, je crois plutôt déceler une sorte de désabusement. On notera aussi que les journalistes sont plus critiques envers les politiques que le contraire… mais c’est sûrement leur métier qui veut cela.

Sur le portail EcoNormandie

Retrouvez les coordonnées, le parcours, le CV, les différents mandats et fonctions et toute l’actualité des élus normands : députés, sénateurs, conseillers départementaux et régionaux, maires et adjoints, présidents des structures intercommunales…

Cliquer ici pour voir un exemple de fiche sur le portail EcoNormandie

J’ai de la Chance

Pourquoi un blog ? 

Sur ce blog, je souhaite partager avec vous ce qui est le cœur de mon métier. Mais au fait, quel est vraiment mon métier ?

Je travaille à la rédaction de Paris-Normandie, mais je ne suis pas journaliste, je  réalise des guides, je suis responsable d’un site Internet, j’ai conçu et j’exploite des bases de données, je touche aux big data…


Mais peu importe mon métier, ce qui est sûr c’est qu’il me plaît.  Non seulement ce que je fais m’intéresse, mais je m’amuse au boulot. J’ai un peu l’impression d’inventer chaque jour, de me frayer mon propre chemin, pour trouver des sources d’informations, des données, des chiffres, les récupérer, les transformer, les présenter, les commenter et les enrichir afin qu’EcoNormandie soit bien la base de données de référence sur les acteurs socio-économiques normands.
Au fond, je réunis ce qui n’avait pas été pensé pour aller ensemble : il faut inventer, chercher, trouver des combines, et j’ai de la chance, j’en ai fait mon métier, et on me fait confiance.


J’ai acquis un savoir-faire certain, une bonne connaissance des sources les plus fiables, une agilité à jongler avec chiffres et datas, une capacité à manier fichiers et données, ainsi qu’une réelle expérience de la gestion des bases de données et de leurs exploitations. Je vous propose un blog où je parlerai de mes sites de référence, livrerai quelques conseils pour la saisie et la mise à  jour d’informations, présenterai mes sources préférées. A l’occasion, je dévoilerai mes combines ou mes secrets, je vous ferai part de quelques réflexions mûries devant mon écran.


À la semaine prochaine