Au coeur de la FMConf 2017

Me voici plongée pour deux jours dans le monde FileMaker Pro, à l’occasion de la FM Conf 2017, organisée à Rouen les 18 et 19 octobre par la société rouennaise Lesterius.

Il faut préciser que FileMaker Pro est un logiciel de base de données « simple mais puissant » comme il se présente lui-même, et que j’ai eu la chance de le prendre en main dans sa version 2 ou 3, au début des années 90, quand il était encore très simple, et de monter en compétences au fur et à mesure des évolutions, jusqu’à la version 16 d’aujourd’hui, très puissante.

Je me sens un peu intimidée au milieu de ces 120 développeurs chevronnés venus de toute la France, mais aussi de Belgique, du Canada, d’Australie…
Intimidée, car si j’utilise le logiciel FileMaker depuis 25 ans, je ne suis pas développeur, et si ce logiciel est au cœur de mon activité quotidienne, ce n’est pas mon cœur de métier. Mon cœur de métier, ce n’est pas la base de données, c’est la donnée elle-même, le contenu !

Mais je suis aussi fière d’être ici, au milieu de spécialistes de ce logiciel sans lequel, j’en suis persuadée, je n’aurais jamais réalisé tout ce que j’ai créé autour de la grande base de données des acteurs économiques normands, EcoNormandie.

Fière et intimidée d’être accueillie par Brad Freitag, du staff de FileMaker Pro, qui a fait le déplacement de la Silicon Valley avec quelques membres de l’équipe, mais dont je ne comprends pas trop, je dois l’avouer, l’exposé en anglais.

FileMaker Pro et moi

Pour résumer en trois mots mon rapport à FileMaker, je choisis : ludique, souple et universel.

Ludique

Il m’arrive souvent après une journée de boulot de me dire « je me suis bien amusée ».

Par exemple quand je récupère des fichiers ou des données pour les mettre en concordance avec ma base de données EcoNormandie, afin de mettre à jour d’un coup des centaines de fiches — après m’être assurée bien sûr que les données récupérées sont plus à jour ou plus fiables que les miennes !

D’une manière générale, ce qui m’amuse, c’est trouver un calcul astucieux, créer des liens imprévus entre tables, élaborer un script qui facilitera l’utilisation, pour toute mon équipe, réaliser des modèles élégants et clairs, construire des interfaces utilisables rapidement et sans risque par des stagiaires débutants, ou encore extraire les informations formatées, prêtes à être mises en forme dans Indesign en vue de la publication d’un guide papier. Plus que l’intelligence, c’est l’imagination qui est mobilisée et c’est bien ce qui m’amuse !

Souple

Depuis plus de 25 ans que je suis autonome pour développer, gérer et faire vivre la base de données que j’ai créée et dont j’ai la charge, il est arrivé régulièrement que l’on me propose des solutions « beaucoup plus performantes » que FileMaker, à développer par des informaticiens professionnels. Des sous-traitants bien intentionnés, des chefs soucieux d’efficacité ou des responsables du service informatique ont en effet souvent l’idée qu’une solution développée par des professionnels serait plus adaptée. Et régulièrement, je me félicite de la confiance que l’on m’a faite en me laissant bricoler selon mes besoins pour adapter la base presque quotidiennement aux nouvelles utilisations, en l’améliorant sans cesse.  L’autonomie que j’ai pu préserver ainsi a permis de tirer profit de la souplesse du logiciel.

Universel

FileMaker Pro est devenu au fil du temps le logiciel que j’utilise le plus, avec des solutions que je me suis développées au fur et à mesure. Pour la base EcoNormandie bien sûr, et pour mettre à jour le site Econormandie,* qui utilise aussi un fichier FileMaker Pro. Mais aussi pour faire des courriers, devis ou factures, ou gérer les abonnements et la diffusion de nos newsletters, tous ces fichiers étant liés entre eux et avec EcoNormandie. Et encore pour organiser mes archives documentaires ou les plannings de l’équipe. Et même pour mettre en forme les indicateurs fournis par l’Insee pour le guide EcoNormandie.

Développeurs et utilisateurs

J’ai profité de la pause pour discuter avec des développeurs, et j’ai compris que le côté « simple, ludique, souple » n’était plus tout à fait à l’ordre du jour. FileMaker Pro préfère, paraît-il, mettre en avant le côté performant et sérieux, et les développeurs vantent la sécurité et la rapidité de développement, surtout quand ils travaillent pour de grands groupes.

Quant à moi, je vais continuer à travailler en m’amusant, tout en sachant que je n’utilise qu’une faible partie de la puissance du logiciel.

*le site econormandie a été développé par Lesterius

 

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *