Cartographie des acteurs culturels normands

Cartographie des 363 lieux de patrimoine de la base DRAC Normandie

Je tiens à mettre en avant aujourd’hui un travail minutieux, utile et inédit, mené par la Drac (Direction régionale des Affaires culturelles) de Normandie, qui a qualifié et géolocalisé sa base documentaire des acteurs culturels sur le territoire des cinq départements normands. Elle est accessible sur le site open data du ministère de la Culture (ici).

Que trouve-t-on sur ce site ?

Intitulée « Lieux culturels en Normandie », la base contient plus de 820 « objets » ou lieux. Les données sont accessibles selon six grands domaines sur une carte interactive. Une approche cartographique plus fine est possible par secteur, par département, par intercommunalité. Des requêtes sont également proposées par typologie.

Les domaines représentés sont les suivants : spectacle vivant (structures labellisées et lieux de diffusion, compagnies conventionnées par la Drac), livre (principaux acteurs, librairies labellisées), cinéma (salles art et essai, autres salles), arts plastiques (principaux acteurs, lieux de diffusion). Le domaine « patrimoine » (363 lieux indiqués sur la carte ci-dessus) regroupe tout le patrimoine ouvert au public : musées, maisons des illustres, jardins remarquables, monuments historiques ouverts au public, villes d’art et d’histoire.

Chaque point sur la carte génère une infobulle indiquant le nom de la structure et ses coordonnées, son site internet, sa catégorisation, son intercommunalité, ainsi que la source de géolocalisation.

Ce jeu de données sera complété avec les adresses des bibliothèques, du Service du livre et de la lecture.

Mon point de vue

Il est parfois difficile de s’y retrouver parmi toutes les données disponibles, et si l’open data ouvre de nouveaux horizons en mettant à disposition du public des gigas milliers d’informations, il n’est pas toujours aisé de dénicher les sources correspondant à sa recherche, ni de savoir si celles que l’on a trouvées sont à jour.

Les informations collectées par la Drac permettent non seulement une visualisation ou une recherche par carte et par thème, mais elles donnent accès à l’information précise sur les 820 lieux recensés : coordonnées, label, site web… On peut même exporter les données. Voilà une source qui mérite d’être connue, et je m’y emploierai.

+ sur EcoNormandie

Retrouvez aussi sur le portail EcoNormandie la cartographie et les adresses des sites culturels normands et affichez toutes les informations : coordonnées, labels, activités, e-mails, responsables…

La recherche et l’affichage en liste ou en carte (voir ci-dessous, l’affichage en carte du résultat de la recherche « Musée ») sont libres et gratuits. L’affichage d’une fiche (voir ci-dessous la fiche du Mémorial) est réservé aux abonnés.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Remettez vos cartes à jour

J’ai déjà parlé, ici et , du travail de fourmi que demande la mise à jour d’une base de données. En général, quand on pense mise à jour, on imagine des noms, des téléphones, des adresses e-mail, des effectifs… à rechercher, à contrôler, à corriger, à compléter…  

Je viens de me livrer à une tout autre mise à jour : celle des territoires normands, avec les communes et leurs intercos (communautés de communes, communautés d’agglomérations…), car c’est une des particularités du portail EcoNormandie de proposer un accès à l’information régionale par territoires.

Or, au 1er janvier 2018, de nombreux changements ont rendu nécessaire cette mise à jour de notre site (ci-dessus, en illustration, le résultat de la recherche « communes nouvelles 2018 » affiché en carte). La mise à jour s’apparente ici à de la mécanique de précision, et évoque plutôt le découpage fin ou l’assemblage minutieux, pour retrouver et rassembler les informations des communes fusionnées, attribuer la bonne communauté de communes aux collectivités qui ont choisi d’en changer, et mettre à jour les données de population en conséquence. Je vous propose donc aujourd’hui un article présentant ces changements (paru le 2 février dans La Lettre EcoNormandie), suivi du rappel de ce que vous pouvez trouver sur le portail EcoNormandie concernant les territoires (et sur quoi porte la mise à jour). Mais d’abord, je donnerai quelques pistes pour aller chercher les informations à la source.

Aux sources de l’info

C’est auprès des préfectures que l’on peut retrouver les informations sur les communes nouvelles ou les périmètres des intercommunalités. On peut notamment télécharger la liste des communes nouvelles ou les schémas arrêtés en 2017 par les commissions départementales de coopération intercommunale (CDCI) sur les sites des préfectures (onglet « politiques publiques », rubrique « collectivités territoriales »).

Je donne ci-dessus les liens directs pour chaque préfecture :

Intercos et communes nouvelles :
les nouveaux territoires normands

Rien à voir avec le big bang de la Saint-Sylvestre 2017. Pour autant, le paysage communal normand a de nouveau subi quelques modifications au 1er janvier 2018. Ce début d’année a vu la disparition d’une comcom, la fusion de dix-neuf communes regroupées au sein de huit communes nouvelles, et la modification de périmètre de seize intercos :

Le département le plus concerné est l’Eure, où onze localités ont fusionné pour créer ou étendre cinq communes nouvelles, tandis qu’une trentaine d’autres communes ont changé d’interco, agrandissant ou diminuant le territoire des trois communautés d’agglomération et de huit comcom du département.

Dans l’Orne les fusions ont touché huit communes, formant trois communes nouvelles.

Le Calvados enregistre la disparition de la comcom de Cambremer, trop petite, au bénéfice des trois intercos voisines. Lesquelles ont ouvert les bras à l’une ou l’autre de ses vingt-deux communes.

En Seine-Maritime, la comcom Aumale-Blangy est forte de quarante-quatre communes depuis janvier, grâce à l’arrivée de Saint-Maxent exfiltrée du Vimeu dans la Somme. À l’inverse, la comcom des Quatre Rivières a dû se séparer du village eurois de Martagny parti rejoindre le Vexin normand.

Moyennant quoi, au 1er janvier 2018, la Normandie compte 72 intercommunalités et 2 711 communes (vs 2722 communes et 73 EPCI en 2017, et 3 232 communes et 162 EPCI en 2014). Avec ses 147 communes nouvelles, la Normandie concentre près du tiers de toutes celles créées dans l’hexagone depuis 2015.

C’est la confirmation du fait que notre région est bien championne de France des communes nouvelles. Preuve qu’il existe des élus clairvoyants que les querelles de clocher laissent indifférents. On ne va pas s’en plaindre.

Cet article est paru le 2 février 2018 dans La Lettre EcoNormandie (lire ici)

+ sur le portail EcoNormandie

Toutes ces modifications de territoires sont à jour sur le portail EcoNormandie (recherche par ECPI ou recherche par commune).Retrouvez sur le portail, pour chaque collectivité ou interco, les coordonnées, la composition du territoire (EPCI de rattachement ou communes rattachées à un ECPI), les élus, la population au dernier recensement, les plus gros employeurs et l’ensemble des acteurs économiques incontournables du territoire. Notez que vous aurez du mal, à trouver ailleurs que sur EcoNormandie des données de population à jour au 1er janvier 2018 pour les communes nouvelles ou les EPCI dont le périmètre a été modifié !

La consultation complète est réservée aux abonnés. Vous pouvez voir les offres d’abonnement ici ou consulter des fiches-exemples en cliquant sur les boutons ci-dessous.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer