Un partenariat qui a du sens

Le Guide EcoNormandie 2020 est sous presse : parution le 18 novembre pour cette 29e édition. Je souffle un peu, et j’en profite pour revenir sur le nouveau partenariat avec la Caisse d’Epargne Normandie, inauguré cette année 2019 avec le Palmarès de l’économie normande, et que j’évoquais récemment (à retrouver ici).

Des ambitions partagées

Nous partageons avec la Caisse d’Epargne Normandie, banque à l’échelle des cinq départements normands, l’ambition du développement régional et la volonté d’accompagner ceux qui le portent.

Mettre en avant les atouts de la Normandie, faire connaître ce qui émerge, offrir à tous ceux qui travaillent en Normandie ou avec les Normands un outil pratique qui favorise les échanges et les collaborations… EcoNormandie s’y emploie depuis 30 ans. L’association avec la Caisse d’Epargne Normandie, présente au quotidien auprès des entreprises régionales pour les accompagner dans leur développement, nous permet d’aller plus loin ensemble, de valoriser ensemble la capacité des acteurs à se mobiliser et l’inventivité dont ils font preuve pour des projets souvent audacieux, de travailler ensemble à l’attractivité du territoire.

Un partenariat décliné dans la durée

EcoNormandie et la Caisse d’Epargne Normandie ont ainsi noué un partenariat dans la durée, qui se décline sur les différents supports : Guide EcoNormandie, Palmarès de l’économie normande, Portail EcoNormandie. Un des aspects visibles de ce partenariat, c’est – vous l’aurez remarqué – le logo du partenaire en Une, et sur les document de communication. Par exemple le bon de commande, à télécharger ici.

Cependant, le partenariat va bien au-delà de cette visibilité, comme il va au-delà de l’engagement financier du partenaire, évidemment bienvenu pour la pérennité d’EcoNormandie. La Caisse d’Epargne participe ainsi à la diffusion du guide ou du palmarès et à leur promotion, et ces outils ont vocation à leur tour à servir les clients de la banque.

Et puis, il y a cette envie de travailler ensemble, d’avancer ensemble, d’inventer et de proposer des événements, des services, des opportunités à offrir aux lecteurs du guide, aux internautes qui utilisent le portail EcoNormandie, aux clients de la Caisse d’Epargne Normandie et à tous les acteurs économiques normands.

Et il y a aussi une certaine fierté réciproque à s’afficher ensemble et à faire connaître ce partenariat ! Une fierté qui fait que l’on se réjouit lorsqu’un interlocuteur parle en bien de notre partenaire !

(A suivre…)

Et pour acheter le guide…

Vous pouvez dès maintenant réserver l’édition 2020 du Guide et profiter du tarif souscription : 11 € TTC, frais de port compris, ou 15 € TTC pour le Guide 2020 + Le Palmarès de l’économie normande.

Pour commande et information, cliquez ici

Palmarès de l’économie normande

Il est encore temps de le découvrir

J’ai déjà présenté ici le Palmarès de l’économie normande. Je vous invite à relire l’article du blog (ici), ou mieux, à le découvrir directement (pour 4,90 €) en kiosque ou sur notre boutique en ligne. Pas de grand discours aujourd’hui : juste une petite vidéo pour vous donner envie. Je la trouve bien tournée (dans tous les sens du terme) par l’équipe PNTV.

C’est aussi l’occasion pour moi d’annoncer le nouveau partenariat entre EcoNormandie et la Caisse d’Epargne Normandie.

Je reviens dans l’article “Un partenariat qui a du sens” sur le sens et la portée de ce partenariat.

Bonne lecture !

La fonte des effectifs industriels en Vallée de Seine

Une infographie tirée de l’Atlas de la Vallée de la Seine

La Lettre EcoNormandie du 4 octobre 2019 publie une infographie tirée de l’Atlas de la Vallée de la Seine, d’Arnaud Brennetot, professeur de géographie à l’Université de Rouen Normandie.

Comme chaque semaine, le choix de l’infographie est toujours guidé par deux objectifs principaux :

  • donner une information intéressante sur l’économie normande, en profitant de ce qu’apporte l’infographie : comparaison, synthétisation, mise en évidence de différences ou d’évolutions.
    Ici, on voit d’un seul coup d’œil comment les effectifs industriels des gros établissements ont fondu – ou disparu – en 35 ans.
  • mettre le focus sur une source nouvelle, ou méconnue, ou particulièrement intéressante.
    Ici, L’Atlas de la Vallée de la Seine, qui vient de paraître aux Editions Autrement, et qui répond à ces trois critères.

Un ouvrage éclairant

À l’heure où la Vallée de la Seine fait l’objet d’une démarche d’aménagement, mais après l’accident de Lubrizol qui nous pousse à nous interroger sur les choix d’implantation de l’industrie – choix passés et choix futurs – il est nécessaire de mieux connaître et mieux comprendre la géographie et l’histoire de la Vallée de la Seine. Le préfet François Philizot, délégué interministériel au développement de la Vallée de la Seine, rappelle d’ailleurs en introduction : “Aménager un territoire, structurer son développement, exploiter tout son potentiel, suppose de le connaître, tant dans sa structure physique que dans sa trame humaine, socio-économique, si l’on préfère. La Vallée de la Seine est, en effet, tout sauf une page blanche tant l’empreinte des générations y est forte et ancienne.”

Sans commentaire 

L’auteur de ce blog peut se reposer aujourd’hui : la citation ci-dessus dit déjà tout l’intérêt de l’ouvrage, quand au graphique, il est éloquent et lisible, il me semble, même pour ceux que les chiffres rebutent ou qui ont des difficultés à décrypter les données et les infographies.