Trophées de l’économie normande : Bravo aux lauréats !

La cérémonie de remise des Trophées de l’économie normande, organisée par AD Normandie, s’est déroulée le 16 mai à l’INSA Rouen. La Lettre EcoNormandie, partenaire de ces trophées, était associée à l’événement, notamment pour la remise du prix du public.

Retour en images (ci-dessus), et annonce des lauréats (ci-dessous, article paru dans La Lettre EcoNormandie de ce vendredi 17 mai). et rendez-vous d’ici quelques jours pour les entretiens vidéos avec les lauréats.

Des sablés, des cabas, de l’IA… Qui sont les vainqueurs des Trophées de l’économie normande

Ils ont été remis, hier soir à l’Insa de Rouen. Les lauréats des Trophées de l’économie normande dont EcoNormandieest partenaire sont :

• Dans la catégorie création : la Veggisserie, jeune fabricant de glaces et gâteaux bio et sans gluten domicilié à Saint-Arnoult dans le Calvados.

• En Développement : le maroquinier rouennais Paul Marius fondé en 2014, aujourd’hui à la tête de 25 boutiques et employeur de 800 artisans indiens et d’une centaine de collaborateurs.

• Enjeux de demain : la société AfB Normandie basée à Caen et filiale du groupe européen éponyme. Cette SAS sans but lucratif reconditionne des parcs informatiques et de téléphonie. Elle emploie en priorité des personnes handicapées.

• Innovation : Conscience Robotics (Caen) a développé un système d’exploitation pilotable à distance et capable de développer les capacités «physiques» de n’importe quel type de robot grâce au machine learning.

• Made in Normandie : la marque Grenouille Rouge (Rouen) fabrique localement des sacs et des cabas personnalisables en fibres naturelles : lin, chanvre, jute…

• Le prix du public échoit aux Sablés d’Asnelle, une biscuiterie calvadosienne plus que centenaire pour un sablé à base de caramel d’Isigny.

• Le trophées d’honneur a été décerné aux onze jeunes lauréats normands des Olympiades des Métiers.

Un partenariat qui a du sens

Pour La Lettre EcoNormandie, ce partenariat donne l’occasion d’offrir de la visibilité à des entreprises souvent très petites à une période clé de leur développement, et de soutenir des entrepreneurs qui ont beaucoup travaillé pour faire aboutir leurs projets. 6 lauréats, 6 histoires de passion et de force !

Sur le site de l’AD Normandie

Consultez sur le site des Trophées la fiche de chaque lauréats – et des 25 nominés

Retour sur les RDET

Jeudi 28 s’est déroulée la première édition des Rencontres du développement économique territorial, consacrée à la Normandie, et il y avait du beau monde sur la scène de l’amphithéâtre de la maison de la chimie : élus, chefs d’entreprise, financeurs, institutionnels… 

La Lettre EcoNormandie, partenaire des rencontres, a assisté à l’ensemble des débats, et Nathalie Jourdan, rédactrice en chef de La Lettre, a animé la table ronde intitulée “Normandie Région monde : attractivité et rayonnement“. Les échanges ont nourri plusieurs papiers de La Lettre de cette semaine, et j’ai souhaité partager mes impressions de la journée.

Du beau monde

L’image que je retiendrai de la journée, c’est celle qu’ont choisi de donner la vingtaine d’intervenants de la journée, celle d’une Normandie volontaire et unie pour la réussite économique. Les mots-clés de la journée : maillage, ambition collective, engagement, réseaux, solidarités régionales, ambassadeurs de la région… Et l’idée générale, c’est de savoir “chasser en meute”, pour reprendre les mots d’un des intervenants.

En écho aux RDET

Deux articles à lire dans La Lettre EcoNormandie cette semaine :

La Normandie industrielle ou « l’effet Intel »

L’analyse s’appuie en autres sur les témoignages de Cédric Turnaco, porte-parole du groupe germano-hispanique Siemens Gamesa en France et de Pierre-Jean Leduc, PDG du groupe Dedienne et président du Medef, tous présents à la table ronde citée plus haut. L’article évoque aussi Cotral Lab, qui vient de recevoir le label “Vitrine de l’industrie du futur”, et dont le président, Laurent Capellari, était présent aux RDET. 

Mon facteur réduit la fracture (numérique)

Une innovation menée avec les facteurs normands, dont Florence Pavageau, déléguée régionale du Groupe La Poste en Normandie, a rendu compte lors des rencontres du jeudi 28 mars.

Ils ont dit…

Quelques citations glanées au cours de la journée :

« Revendiquer qu’on est les meilleurs, en s’appuyant sur les points d’excellence. Là où on est moyen, on restera moyen, là où on est bon on doit être les meilleurs » 

Hervé Morin, président de la Région Normandie

« Ce qui compte : le projet + une bonne coordination avec élus et financiers »

Benoît Paget, président de la société Green Big

« LA RTE (Responsabilité territoriale des entreprises), c’est faire de la RSE sur un territoire). Elle apporte la fierté aux salariés, la reconnaissance pour les marques, et elle embarque les sous-traitants du territoire. La question est : comment on territorialise nos entreprises ? »

Marc Maouche, Directeur régional Orange Normandie

« Les nouvelles technologies, ça fait peur. Quand on veut innover, on risque de se planter. Et on se plante souvent. Je dis qu’on a le droit de se tromper 25% des fois. Sinon c’est qu’on n’invente pas assez. »

Laurent Capellari, président de la société Cotral Lab

« L’innovation ce n’est pas une option. »

Sophie Gaugain, 1ère vice-présidente de la Région Normandie, en charge du développement économique

« Je m’implique pour que Normandie soit reconnue comme terre d’industrie. C’est parce qu’on s’implique qu’on à un retour. Si nous ne nous impliquons pas dans la formation il ne faut pas s’étonner de ne pas trouver à embaucher les bons profils. Chacun peut contribuer au rayonnement. »

Pierre-Jean Leduc, PDG de Dedienne Multiplasturgy et président du MEDEF Normandie

« J’ai trouvé en Normandie une qualité de dialogue exceptionnel que je n’ai pas trouvé ailleurs. La volonté de travailler en réseau émerge et la Normandie a un temps d’avance. »

Emmanuèle Saura, Directrice territoriale Normandie de SNCF Réseau

« Nous assistons à un alignement des planètes favorable à la Normandie, avec une volonté de la puissance publique et des entreprises de travailler ensemble. Le risque d’échec, c’est de ne pas se comprendre ou de ne pas se faire confiance. »

2 651 communes en Normandie

Carte des communes nouvelles sur le portail EcoNormandie

Le paysage communal normand continue de changer avec 27 fusions de communes au 1er janvier 2019, et j’ai décidé, comme l’an dernier, d’y consacrer le premier post de l’année (voir l’article publié sur ce blog en janvier 2018). Je reprends en le complétant l’article publié dans La Lettre EcoNormandie de cette semaine et vous propose ensuite quelques tableaux récapitulatifs pour bien appréhender l’ensemble des changements depuis 2014. Enfin, je vous propose en téléchargement la liste complète des communes fusionnées cette année.

169 communes nouvelles en 2019

Le mouvement de concentration entamé en 2015 se poursuit en Normandie, avec 27 communes nouvelles au 1er janvier 2019, concernant au total 85 communes (dont 58 communes supprimées).

Parmi ces communes nouvelles, 15 prennent des noms entièrement nouveaux (Val-de-Scie en Seine-Maritime autour d’Auffay, ou Castine-en-Plaine dans le Calvados) ou rajoutent au nom de la commune la plus connue – ou la plus importante – un qualificatif marquant un renouvellement (Gavray-sur-Sienne ou Portbail-sur-Mer dans la Manche) et 12 gardent le nom de la principale commune (Pont-L’Evêque, La Vieille Lyre, Avranches…).

Au total, la Normandie compte 169 communes nouvelles créées depuis 2015 (6 % des communes normandes), certaines ayant d’ailleurs connu des sur-fusions, avec plusieurs mouvements consécutifs, comme Carentan-les-Marais ou Gouville-sur-Mer. Aujourd’hui 570 566 Normands résident dans une « commune nouvelle » créée depuis 2015, soit 17 % de la population régionale.

Entre 2014 et 2019, le nombre de communes est ainsi passé de 3 232 à 2 651, soit 581 communes de moins, ce qui équivaut à une diminution de 18 %.

Les Manchois fusionnent à tour de bras

La Manche a elle seule pèse pour près de la moitié des « mariées » de l’an 19. Le département voit disparaître une trentaine de localités à la faveur de la création de onze communes nouvelles. Viennent ensuite le Calvados et l’Eure (six de part et d’autre), puis l’Orne et la Seine-Maritime (deux chacun).

Sur les quatre dernières années, c’est encore la Manche qui fait la course en tête, avec au total 49 communes nouvelles et 155 communes supprimées, soit une diminution d’un quart du nombre de ses localités. Idem dans le Calvados et l’Orne, lesquels se voient « amputés » de 25 % de leurs villes et villages. Le mouvement de concentration a été moins radical dans l’Eure où 90 communes sont passées de vie à trépas (- 13 %) et en Seine-Maritime où 38 communes ont disparu (-5 %).

Nota : le plus peuplé des départements a même été contre le vent de l’histoire avec la séparation en 2017 de Sigy-en-Bray et de Saint-Lucien, dont la fusion datait de 1973.

Sur le portail EcoNormandie

Sur le portail EcoNormandie, la recherche par communes permet de trouver toutes les communes nouvelles, dans leur ensemble ou sur une année, (taper “commune nouvelle”, au singulier, dans la case recherche rapide, éventuellement suivi de l’année), et de les afficher en liste ou en carte. Les abonnés EcoNormandie peuvent accéder à chacune des fiches, avec une présentation complète de la commune, les élus (nouvellement élus pour les maires des 27 communes fusionnées au 1/1/219) et les chiffres de population au 1er janvier 2019 (populations millésimées 2016). Le portail est en cours de mise à jour, il sera entièrement à jour dès le 15 janvier pour les communes fusionnées en 2019.

Documents à télécharger