UEN : une idée, une question, une interpellation ?

L’Université des entrepreneurs normands, 5 novembre 2019 au CID de Deauville
(cliquer sur l’image pour visionner la vidéo-résumé)

La seconde édition de l’Université des entrepreneurs normands, proposée par le Medef Normandie en association avec l’AD Normandie s’est déroulée le 5 novembre à Deauville. La Lettre EcoNormandie était présente, avec un stand dans “l’espace Business” et a pu assister à une partie des rencontres, qui répondaient cette année au thème «Les entrepreneurs sont-ils les derniers explorateurs ?». En introduction, Pierre-Jean Leduc, président du Medef Normandie, a précisé l’objectif de ces rencontres : “Si chacun peut partir avec une ou deux idées-clés, avec une question, avec une interpellation, l’UEN aura gagné son pari”. Chiche ? Voici donc quelques idées glanées au cours des “pleinières”

• Matthieu Tordeur,
explorateur

« Dans l’exploration, il y a toujours une part d’échec possible. Quand on se lance à l’aventure, on accepte que cela ne se passe pas comme prévu. »

« Pour ne pas me décourager, en partant le matin, je me concentre sur la prochaine heure, et mon objectif c’est la prochaine pause, pas le but du périple.»

• Albert Moukheiber,
neuroscientifique

« Devant le risque, on ne met pas les émotions de côté, mais on change d’émotions. Ce n’est pas que l’on ne sent pas, mais on apprend à gérer la peur. »

Un des moyens est d’utiliser la technique du comodoro : décomposer ce qu’on a à faire en mini-étapes.

• Olivier Lajous
Amiral, consultant en entreprise

« Dans la tempête, il faut déporter l’esprit de la frayeur, pour ne pas succomber à la peur, et se concentrer sur quelque chose de simple : ce qu’on a à faire… Mais oublier la peur serait se mettre en danger. »

• Julia de Funès,
philosophe, auteure

« A l’opposé de la logique procédurale il y a une logique entrepreneuriale, beaucoup plus séduisante : c’est la possibilité d’être actif dans sa vie professionnelle. »

Mais il faut rappeler qu’il n’y a pas d’action sans prise de risque – il ne faut pas toujours avoir une vision négative de l’échec.
Il n’y a pas d’action sans sens – ce qui veut dire une fin, et non une technique.
Il n’y a pas d’action sans confiance – qui s’accompagne d’incertitude et de doute.

• Hervé Morin,
président de la Région Normandie

« Le plus grand atout de la réunification de la Normandie, c’est que désormais nous sommes collectifs et vous en êtes le symbole. »

On a tout pour réussir, il faut qu’on ait confiance en nous.

• Amélie de Montchalin,
Secrétaire d’Etat chargée des Affaires Européennes

« Le Brexit doit se gérer comme un risque, au même titre que les autres, que nous savons anticiper et auquel nous nous préparons. »

L’administration est dans une démarche d’accompagnement plutôt que de sanction. Un enjeu important : inciter les entreprises à s’enregistrer dès maintenant auprès de la douane (numéro EORI)

La Lettre EcoNormandie était là

Beaucoup de rencontres, soit autour de notre stand, soit en visitant les nombreux autres stands de l’espace Business, qui faisaient écho à ce qui se passait sur scène : on y a parlé audace, confiance, risque, souvenirs d’épreuves surmontées mais aussi chance…
Merci pour cette journée particulièrement bien organisée ! Rendez-vous est déjà pris pour la prochaine édition, le 3 novembre 2020.

6 lauréats pour un trophée

La Lettre EcoNormandie, partenaire d’AD Normandie pour les Trophées de l’économie normande, a rencontré chacun des lauréats lors de la cérémonie de remise des trophées. Retrouvez ci-dessous les entretiens menés par Nathalie Jourdan, rédactrice en chef de La Lettre.

AFB Normandie • Fabien Achard

Lauréat dans la catégorie Enjeux de demain

Filiale du groupe européen AfB, cette SAS sans but lucratif reconditionne des parcs informatiques et de téléphonie. Elle emploie en priorité des personnes handicapées.

Conscience Robotics • Iliès Zaoui

Lauréat dans la catégorie Innovation

Conscience Robotics (Caen) a développé un système d’exploitation pilotable à distance et capable de développer les capacités «physiques» de n’importe quel type de robot.


Grenouille rouge
• Marie-Isabel Rojo

Lauréat dans la catégorie Made in Normandie

La marque Grenouille Rouge (Rouen) fabrique localement des sacs et des cabas personnalisables en fibres naturelles : lin, chanvre, jute…

Paul Marius • Florent Poirier

Lauréat dans la catégorie En Développement

Le maroquinier rouennais Paul Marius fondé en 2014, aujourd’hui à la tête de 25 boutiques et employeur de 800 artisans indiens et d’une centaine de collaborateurs.

La Veggisserie • Timothée & Audrey Debièvre Hellio

Lauréat dans la catégorie Création

La Veggisserie est un jeune fabricant de glaces et gâteaux bio et sans gluten domicilié à Saint-Arnoult dans le Calvados.

Biscuiterie d’Asnelles • Jean-François Otter

Lauréat du Prix du public

Sur le site de l’AD Normandie

Consultez sur le site des Trophées la fiche de chaque lauréats – et des 25 nominés

EcoNormandie partenaire des Trophées de l’économie normande

Cette année encore, La Lettre EcoNormandie est partenaire des Trophées de l’économie normande, organisés par l’Agence de développement de Normandie (ADN). Les raisons que je donnais (ici) l’an dernier nous ont conduit à poursuivre ce partenariat : le plaisir d’accompagner les lauréats dans leur aventure professionnelle (voir ici leurs portraits), l’ambition partagée avec AD Normandie de mettre en valeur l’innovation et les expériences réussies pour en citer quelques unes.

Pour cette première phase, il s’agit surtout de faire connaître ces trophées. Il faut inciter les entreprises à concourir et à déposer le dossier au plus tard le 18 janvier 2019.

C’est facile, tout est indiqué sur le site consacré aux Trophées (ici).

Retenez déjà la soirée du jeudi 16 mai 2019, la Cérémonie de remise des trophées se tiendra à Rouen. La Lettre EcoNormandie reviendra d’ici-là à sa manière sur les Trophées, et présentera après la cérémonie les parcours des lauréats 2019.

Vous pouvez vous inscrire en ligne à la Cérémonie

est partenaire des trophées de l’économie normande