L’Open Data dans les collectivités normandes

Cette semaine, je vous invite à lire l’article paru sur le site paris-normandie.fr : “Les collectivités de Normandie ont-elles pris le train de l’open data ?” (ou accès direct à l’article complet ici). C’est un sujet que j’ai déjà évoqué (par exemple ici avec le fichier Sirene), car les données en libre accès bouleversent la manière de travailler dans les deux domaines auxquels s’intéresse ce blog : la gestion de bases de données et les infographies.
Amandine Briand, qui a mené l’enquête, nous propose ici un point très complet, avec des rappels sur ce qu’est l’open data ou un historique sur les étapes qui ont amené l’ouverture des données publiques depuis 2012. Mais le bonus, c’est la mise à disposition d’un outil de recherche interactif sur les collectivités et leurs “datas”.
Je vous laisse aller lire l’article, et si vous vous intéressez aux évolutions du site paris-normandie.fr, je vous donne quelques précisions ci-dessous.

À découvrir sur “PN Interactif”

Depuis quelques mois, l’univers numérique de Paris-Normandie évolue, avec une équipe dédiée, qui a vocation à produire du contenu interactif. Ainsi les articles ou reportages rassemblés sous l’onglet  “PN interactif” laissent s’exprimer pleinement toutes les possibilités du web, avec images, vidéos, animations ou infographies, et surtout une scénographie adaptée à la lecture à l’écran : “Grands formats” ou infographie.

Les “Grands formats”

Enquêtes illustrées, sur des sujets variés, dont voici quelques exemples :

Infographie
Des cartes interactives et quiz, dont voici quelques exemples :

A suivre de près

Ca me plait de relayer ici cet article sur l’open data, avec un sujet au cœur de mes préoccupations et un traitement exploitant les ressources et techniques du web. Et ça me plait de montrer que ça bouge à  Paris-Normandie, et que ça se voit déjà sur le site…

 

 

 

PIB régional : La Normandie, 1ère région industrielle

À l’occasion de la sortie du dernier numéro d’Insee Flash Normandie, traitant du produit intérieur brut (PIB) de la Normandie, j’ai choisi d’en tirer l’infographie à paraître dans La Lettre EcoNormandie de cette semaine. Vous voyez ci-dessus le graphique (réalisé par les infographistes de Paris-Normandie).

Ce que le graphique nous indique

  • Entre 1990 et 2015, la part de l’industrie a baissé en Normandie : elle comptait pour un quart de la valeur ajoutée en 1990 (25,6 %) contre un cinquième 25 ans plus tard (20,8 % soit -4,8 points).
  • L’industrie a mieux résisté en Normandie (-4,8 points) que sur l’ensemble des régions de province (-6 points).
  • En 2015, la Normandie reste une région industrielle comparée aux autres régions de province, la part de l’industrie y est de 4,2 points plus importante (20,8 % vs 16,6 %).
  • Le différentiel s’est même accentué en 25 ans : passant de 3,1 points (25,6 % vs 22,5 %) à 4,2 points (20,8 % vs 16,6 %).

On peut de même, sur les autres secteurs, comparer l’évolution sur 25 ans et observer les différences entre Normandie et France de province. On retiendra surtout que l’agriculture a également baissé partout en France, tandis que la construction restait stable. Du côté du tertiaire marchand, la Normandie est à la traîne, la part de ce secteur n’ayant augmenté en 25 ans que de 1,4 point en Normandie, contre 3,7 en Province.

Ce que le graphique n’indique pas

La lecture de l’Insee Flash est riche de nombreux autres enseignements, parmi lesquels on retiendra quelques points :

  • En 2015, le produit intérieur brut (PIB) de la Normandie est estimé à 91,7 milliards d’euros. La région contribue pour 4,2 % au PIB national et se situe au 9ᵉ rang des régions de province.
  • La part de l’industrie dans la valeur ajoutée régionale (20,8 %) positionne la Normandie comme la première région industrielle.
  • En 2015, la valeur ajoutée normande progresse de 1,7 % en valeur, soit 0,3 point de moins qu’en France métropolitaine (0,1 point de moins qu’en province). L’industrie est pourtant plus dynamique dans la région (+ 5,5 % contre + 3,8 % en province) et contribue fortement à la croissance : cette année, sur 1,7 point de croissance de la valeur ajoutée totale en Normandie, l’industrie en réalise les deux tiers.
À savoir : PIB et Valeur ajoutée

On lira avec intérêt sur le site de l’Insee (ici) la méthode de calcul des BIP et VA régionaux. Je rappelle ci-dessous les définitions que vous y trouverez également.

  • Le PIB est égal à la somme des valeurs ajoutées brutes des différentes branches d’activité, augmentée des impôts moins les subventions sur les produits.
  • La valeur ajoutée (VA) est le solde du compte de production. Elle est égale à la valeur de la production diminuée de la consommation intermédiaire.

Ce que j’ai envie d’en dire

Parmi les avantages d’un graphique, on retiendra son côté synthétique et la mise en évidence des comparaisons. J’en ai fait la démonstration ci-dessus. Même en me focalisant sur la part de l’industrie, il m’a fallu deux fois plus de place pour écrire mes commentaires, que l’espace pris par le graphique lui-même.

Je rappellerai aussi ce que j’ai déjà dit (par exemple ici) : une donnée seule n’a pas d’intérêt, c’est la comparaison qui permet de comprendre et d’analyser. Ici, je dois dire qu’on est gâté. Si on s’intéresse à la part de la valeur industrielle, on peut comparer la Normandie avec la France de province, on peut comparer l’année 2015 et l’année 1990, on peut comparer les évolutions en Normandie et en Province, on peut comparer l’évolution de l’industrie avec les autres secteurs…

À retrouver aussi dans le
Guide EcoNormandie

La dernière édition du Guide EcoNormandie, qui vient de sortir (j’en ai parlé ici et ), propose de nombreux indicateurs et points de repère, dont 2 pages « Normandie en chiffres » avec des données tirées du site de l’Insee. En page 11 les informations sur le PIB, et la Valeur ajoutée sont à jour.

 

 

 

 

 

Je vous donne ci-dessous le lien direct pour retrouver ces données sur le site de l’Insee :

Produits intérieurs bruts régionaux et valeurs ajoutées régionales de 1990 à 2015

5 bonnes raisons d’acheter le nouveau guide EcoNormandie

Le Guide EcoNormandie fête ses 30 ans en 2019 (j’en ai déjà parlé ici). Une partie de ma vie professionnelle a commencé avec lui, il y a un peu plus de 30 ans, lorsque j’ai été missionnée par Guy Pessiot et Bertrand Tierce pour constituer le fichier destiné à établir la première édition. Je peux dire que j’ai évolué avec lui, et que grâce à lui j’ai acquis au fil des ans une connaissance fine de la Normandie, de ses acteurs, des enjeux, et une bonne maîtrise des outils qui permettent de gérer des milliers de données (on ne parlait pas encore de big data).

Je dois dire que tout a tellement changé en 30 ans — le paysage économique normand, comme les outils de travail et de diffusion — que je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. Et comme le Guide sort cette semaine en librairie, je ne peux pas manquer ce rendez-vous, et vous donne 5 bonnes raisons de vous y intéresser :

Raison numéro 1 : Le « tout-en-un »

En 176 pages, très maniable, l’essentiel de ce qu’il faut savoir sur la Normandie : chiffres clés, points de repère, indicateurs infographie, synthèse analytique sur les grands secteurs d’activité et les grands axes de développement.

Raison numéro 2 : Le carnet d’adresses

L’édition 2019 propose les coordonnées des acteurs incontournables de la vie économique, politique et sociale normande. 2248 structures (entreprises, collectivités, administration, associations, établissements publics…) et 3645 responsables (élus, chefs d’entreprise, hauts fonctionnaires, dirigeants et présidents d’établissements publics ou d’associations…).

Raison numéro 3 : La mise à jour

D’une année à l’autre, le guide semble se ressembler, les changements sont souvent imperceptibles, mais si l’on prend le recul de 30 ans, ou même de 20 ou 10, on perçoit de profondes mutations. Sans compter les microchangements quotidiens : cette année, 100 notices font leur entrée dans le guide, 457 établissements cités (soit 20 %) ont connu au moins un changement de dirigeant et 534 responsables cités sont arrivés depuis moins d’un an (soit 15 % des décideurs du carnet d’adresses) : autant de raisons pour remettre à jour d’un coup votre propre carnet d’adresses.

Raison numéro 4 : La rapidité d’accès à l’information

On croit souvent que l’accès le plus rapide à l’information se fait via Internet et ses moteurs de recherche, et notamment sur le smartphone, toujours à portée de main. Mais un outil comme le guide, familier et bien ordonné, est diablement efficace, j’en fais souvent la démonstration, et j’en ai parlé ici.

Raison numéro 5 : Le prix

Pour 12 € seulement, le Guide EcoNormandie est un outil très concurrentiel d’accès à une information vérifiée, mise à jour et documentée.

Pour en savoir plus

http://www.econormandie.com/econormandie-guide/

Le Guide EcoNormandie porte la marque

 

 

L’équipe EcoNormandie, qui parle de la grande Normandie depuis 30 ans, s’inscrit dans la démarche impulsée par Normandie Attractivité.

Porter la marque Normandie, c’est s’engager dans la démarche d’attractivité du territoire. C’est exprimer une volonté commune de s’ancrer dans ce sens.

Porter la marque, c’est aussi être reconnu comme un acteur clé du territoire.

J’ai déjà parlé (ici) des raisons de ce choix.