Les femmes normandes plus dipômées que les hommes

Evolution ou révolution ?

On parle beaucoup de parité, d’égalité ou d’inégalités femmes-hommes, et ce graphiques montre que les choses changent.
• Tout d’abord, le niveau de diplôme s’élève rapidement. Hommes ou femmes, ils sont nettement plus nombreux à passer le bac et faire des études supérieures dans les jeunes générations : les bacheliers représentent à peine 1 personne sur 5 au-dessus de 65 ans, contre 1 sur 2 entre 25 et 40 ans.
• On constate aussi que si les femmes de 65 ans ou plus sont moins diplômées que les hommes, avec un écart de 5,2 points entre les bacheliers et les bachelières (en additionnant Bac + diplômes d’études supérieures), dans toutes les tranches inférieures à 65 ans, on trouve plus de titulaires du bac chez les femmes que chez les hommes, avec un écart en leur faveur qui va jusqu’à 11,5 points dans la tranche 25-39 ans.
• Encore plus significatif, cet écart de 11,5 points chez les 25-39 ans est dû uniquement aux diplômes supérieurs au bac, puisque le pourcentage de titulaires du Bac seulement est équivalent chez les hommes et les femmes.
• Dans les tranches plus jeunes (moins de 25 ans), les écarts femmes-hommes sont certes moins nets, mais déjà significatifs, alors que pour nombres d’étudiants le dernier diplôme n’est pas encore passé, ce qui explique que l’acmé des diplômés se trouve après 25 ans.

Se réjouir plutôt que s’inquiéter ?

Du point de vue des diplômes, les femmes sont donc mieux armées que les hommes, notamment les moins de 40 ans. Voilà donc un domaine où les différences sont très nettement en faveur des femmes. On peut se désoler que cela ne se traduise pas dans les données sur les écarts salariaux, qui eux restent nettement en défaveur des femmes, surtout si l’on regarde les écarts globaux. J’ai plutôt envie de me réjouir, en sachant que les choses avancent, persuadée que les nouvelles générations de femmes diplômées vont bousculer la donne. Et de m’inquiéter pour les jeunes hommes : peut-être faudra-t-il se pencher sur le sujet pour comprendre ces écarts et mettre en œuvre des actions pour lutter contre cette inégalité ?

Un graphique paru dans “La Lettre EcoNormandie

Sous une forme plus compact et conforme à la charte graphique de La Lettre EcoNormandie, ces données sont parues le 8 novembre dans la version en PDF de cette lettre hebdo, que l’on peut télécharger ici. C’est aussi ce format compact que j’ai choisi pour la Newsletter de La Lettre EcoNormandie. Pour ce blog, en revanche, j’ai choisi d’utiliser le service en ligne infogram, avec lequel j’ai composé le graphique interactif que l’on voit tout au début de cet article, qui se trouve beaucoup plus adapté à la lecture sur écran et au partage sur les réseaux sociaux, mais je vous propose ci-dessous, pour comparaison, l’infographie parue dans La Lettre.

Une source incontournable

J’ai déjà parlé dans ce blog (voir l’article Le Recensement, et après ?) de l’intérêt et de la multiplicité des informations issues des données du recensement. On trouve sur le site de l’INSEE toutes les données sur les chiffres de population, mais aussi sur les résultats statistiques, sous forme de tableaux, fichiers à télécharger, séries historiques, avec accès par thème et choix du territoire.
Les données utilisées pour le tableau ci-dessus sont visibles en 4 clics :