69 intercos et 2 652 communes

J’ai déjà parlé des communes et des intercommunalités normandes la semaine dernière (voir l’article Prêt pour les municipales ?), mais j’y reviens cette semaine pour présenter une source précieuse et remarquablement à jour, et souligner les changements qui cette année encore, ont fait évoluer les découpages du paysage normand.

Une commune de plus en 2020

Pour la première fois depuis cinq ans, il n’y a pas eu de fusion de communes au 1er janvier 2020. La dernière remonte au 1er janvier 2019, où 81 communes normandes s’étaient recomposées en 23 communes nouvelles. En revanche l’éphémère commune nouvelle de Saline, créée le 31 janvier 2017 par fusion des communes de Troarn et Sannerville, n’est plus. L’arrêté préfectoral portant création de la commune nouvelle, ayant été annulé, les deux communes de Caen-la-Mer vivent à nouveau séparément, ce qui porte à 2652 le nombre de communes normandes. Rappelons qu’on en comptait 3232 il y a cinq ans.

Chaises musicales dans l’Eure

Après l’intégration des communes de la comcom Eure Madrie Seine à l’Agglo Seine-Eure au 1er septembre 2019, ce département a connu d’autres changements dans le découpage intercommunal au 1er janvier 2020, concernant 8 EPCI et 20 communes. Les comcom de Roumois Seine, Pays de Honfleur – Beuzeville, Intercom Bernay Terre de Normandie, ainsi que Seine-Normandie Agglomération perdent des communes au profit des comcom du Pays du Neubourg, Pont-Audemer-Val-de-Risle, Lieuvin Pays d’Auge et de l’Agglo Seine-Eure.

Au 1er janvier 2020, la Normandie compte 69 EPCI (1 métropole, 3 communautés urbaines, 11 communautés d’agglomération et 54 communautés de communes). Il faut y ajouter deux EPCI hors de Normandie auxquels sont rattachées, une dizaine de communes normandes (ce qui explique sur la carte ci-dessus le résultat “71”).

À télécharger : le fichier des EPCI et des communes rattachées.
Le portail des collectivités
– site du gouvernement – vient de mettre en ligne un fichier Excel de 34964 lignes – correspondant aux nombre de communes françaises au 1/1/2020. Un fichier entièrement à jour des derniers découpages et des derniers chiffres de population, moins de 3 semaines après leur officialisation. Cette source est d’autant plus précieuse que ces changements – certes moins importants que les années précédentes – n’ont pas fait l’objet de communication appuyée.
Je dois même avouer qu’ils m’avaient échappé, et c’est en contrôlant la concordance entre ce fichier et ma base EcoNormandie que j’ai découvert quelques mises à jour à faire.

Conclusion : le doute est une vertu !

Comme je le répète souvent, le doute est une vertu lorsqu’il s’agit de tenir à jour des données, et le contrôle et la concordance avec des sources fiables est un des moyens les plus efficaces, le difficile étant d’avoir une source fiable.

Une réflexion sur « 69 intercos et 2 652 communes »

Les commentaires sont fermés.