EcoNormandie en mode confinement

Comme tout le monde en France, l’équipe EcoNormandie est confinée, et s’est mise au télétravail pour continuer à rédiger et diffuser la Lettre EcoNormandie, à mettre à jour la base de données et le site EcoNormandie, à préparer le Palmarès de l’économie normande.
Comme tout le monde, oui… mais cette situation inimaginée est tellement unique, nouvelle, incroyable, que j’ai envie d’y revenir pour montrer comment nous avons réagi.

Comment se préparer au télétravail ?

Le télétravail, il faut bien dire que je n’en avais pas envie, et je pensais que mon activité et ma manière de travailler n’y étaient pas du tout adaptées. Il est vrai que notre petite équipe EcoNormandie* ne compte que trois personnes + un apprenti à l’année, mais elle accueille en continu des stagiaires de formations et niveaux divers, qui demandent du temps, de l’attention, de la proximité. Première conséquence du télétravail : j’ai mis fin aux stages de Maxime et Elisa, et j’ai prévenu Soumah et Lyna, qui devaient arriver en avril, que nous ne serons pas en mesure de les intégrer aux dates prévues…

Donc, le jeudi 12 mars, dans la journée, se pose pour la première fois pour nous la question du télétravail, avec la difficulté particulière d’accéder à distance au serveur de base de données, et le lundi 16 mars dans l’après-midi, nous avions emporté nos ordinateurs de bureau chez nous et étions déjà au boulot.

Pas de préparation, donc, mais de la part de la direction et des managers, une anticipation depuis début mars, et une réactivité qui s’est avérée efficace. Le vendredi 13 mars à 15 heures, les 200 salariés de la SNIC/Paris-Normandie reçoivent un communiqué signé du DG Valéry Jimonet et du président Romuald Uzan. Dans une situation déjà difficile pour l’entreprise – mais on ne parle pas encore de confinement – ils parlent d’un nouveau défi à relever ensemble “Il ne doit plus y avoir du JE mais du NOUS“. Ils parlent de solidarité, et donnent notamment deux informations :

• la nomination d’un coordinateur, Gil Guilbert (avec son numéro de portable).

• la création sur la messagerie instantanée slack (ci-contre) d’une chaîne dédiée aux infos liées au Coronavirus, au confinement et à la période compliquée qui s’annonçait. Le nom choisi pour cette chaîne en dit long sur l’état d’esprit que nous partageons : #pn-ensemble.

Il faut reconnaître que Gil Guilbert joue remarquablement le rôle (improvisé) de coordinateur. Il faut aussi parler de l’accompagnement très efficace des équipes informatiques de Paris-Normandie, qui restent à l’écoute et interviennent s’il le faut.

Petit jeu : saurez-vous reconnaître, dans les photos de quelques collaborateurs en télétravail ci-dessus, celles de Sophie Racapé et Béatrice Picard ?

Soyez inventifs…

Notre équipe EcoNormandie s’est mise au travail, avec de nouveaux outils pour communiquer, comme la visio-réunion quotidienne via slack+ zoom (ci-dessus, sur l’image, on voir Sophie Racapé, Romain Forfait et Béatrice Picard en réunion), ou la chaîne dédiée econormandie sur slack pour échanger au fil de la journée.

Dès le mardi matin 17 mars, Nathalie Jourdan propose de casser le rythme hebdo et de repenser une Lettre EcoNormandie de crise, plus réactive et au fil de l’eau : 2-3 articles par jour et des exemples d’initiatives diverses et innovantes. “Il faut être agile, et efficace, vous avez tout compris. Bon courage !” nous signifie la direction. Et c’est parti !
La première newsletter de crise paraît le lendemain. Les articles sont, pour la période, accessibles à tous, et non pas réservés aux abonnés.

  • Pour recevoir gratuitement à la newsletter : inscription.
  • Pour un essai gratuit de l’ensemble des services EcoNormandie : inscription

En guise de conclusion…

Eh non, trop tôt pour les conclusions, le confinement dure depuis bientôt 10 jours, mais l’histoire ne fait que commencer. Ce qui est sûr, c’est que nous ne sommes ni isolés, ni à cours de ressources, et que l’on entend dire partout que cela ne pourra pas reprendre comme avant…

* Nathalie Jourdan, rédactrice en chef de La Lettre EcoNormandie, Sophie Racapé, ma collaboratrice et moi-même, Béatrice Picard, éditrice, en charge de la réalisation et du développement d’EcoNormandie, services d’informations économique à l’échelle de la Normandie